isis

  • Ce que l’on ne vous dit pas sur Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le terroriste de Nice

    Le terroriste de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, 31 ans, de nationalité tunisienne, était un homme antipathique, agressif, et pieux musulman.

    Un témoin a déclaré : « j’ai même eu le temps de voir son visage. Il avait une barbe, et il avait l’air de prendre du plaisir ».

    Un voisin, musulman comme le terroriste, a fait courir des fausses infos sur lui destinées à exclure l’islam de toute mise en cause. Les journalistes se sont empressés de reprendre ce qu’il a dit, car eux aussi, comme les jihadistes, veulent protéger l’islam.

    D’autres voisins plus fiables l’ont décrit comme solitaire, silencieux et antipathique, l’un d’entre eux a ajouté qu’il ne répondait même pas quand on lui disait bonjour.

     

    Lahouaiej Bouhlel.jpg

    Le terroriste a été identifié comme étant Mohamed Lahouaiej Bouhlel, père de famille, 3 enfants, divorcé depuis 2 ans, chauffeur livreur et petit criminel, qui a hurlé Allahu Akbar pendant l’affrontement final avec la police.

    L’attentat a causé la mort de 84 personnes, dont 18 enfants. Un témoin a déclaré : « j’ai même eu le temps de voir son visage. Il avait une barbe, et il avait l’air de prendre du plaisir ».

    Sa carte d’identité a été retrouvée dans le camion et montre qu’il était d’origine tunisienne, qui compte le plus grand nombre de recrues pour l’Etat islamiste.

    Il était originaire de la ville saharienne de Mseken, et son père est membre du parti extrémiste islamiste tunisien Ennahda. Selon la police tunisienne, son père est un extrémiste extrêmement violent surveillé par la police de Ben Ali, et il est devenu en 2011 un chef local de Mseken.

    Bouhlel a loué le camion mercredi dernier près de Nice à Saint Laurent du Var.

    Il était connu de la police pour des affaires de vol, de violence et de possession illégale d’armes, sa dernière arrestation remonte à janvier. Selon la police, il a comparu devant la justice au mois de mars 2016, où il a été jugé coupable de violences et bien entendu laissé en liberté.

    Il aurait réussi à passer sur la Promenade des Anglais fermée à la circulation en expliquant aux policiers qu’il livrait des crèmes glacées.

    Il n’était “pas suspecté d’avoir été radicalisé et n’avait pas de fiche à son nom auprès de l’anti-terrorisme.”

    Un téléphone a été retrouvé dans le camion qui est en cours d’examen pour identifier un réseau ou des complices.

    La Police examine également les informations des 1 200 caméras de surveillance de la ville ainsi qu’une vidéo prise au moment où il montait dans son camion, dans les collines de Nice, avant de commettre son attentat.

    Sa maison a été fouillée par la police ce matin, et plusieurs de ses proches – famille et amis – sont maintenant interrogés par la police. Les recherches continuent dans le quartier des abattoirs de Nice.

    Le fait qu’il n’était pas connu des services anti-terroristes veut dire deux choses, et aucune n’est rassurante :

    1. Les failles de la DGSI sont encore plus grandes qu’on l’imaginait.
    2. Des individus non fichés sont capables de monter dans un camion et d’écraser pendant de très longues minutes 84 innocents, un attentat qui psychologiquement montre un état de persévérance dans la haine bien plus important que se faire exploser.

    Bouhlel a été tué par une femme policier alors qu’il est sorti du camion et qu’il a commencé à tirer. Il tentait de fuir et la police l’a tué à l’intérieur ou à coté d’un restaurant.

    Des armes et des munitions ainsi qu’une grenade qui s’est avéré factice, ont été découvertes à l’arrière du camion, ce qui suggère que l’attentat a été longuement prémédité, et que le trafic d’arme n’éveille en France aucun soupçon.

    Au domicile du terroriste, un autre camion avec des explosifs a été découvert.

    Selon une source policière, le camion a zigzagé plusieurs fois tandis qu’il se jetait sur la foule. Bouhlel a roulé pendant près de 2 km et a même accéléré alors qu’il fauchait ses victimes.

    Pour les témoins, le bilan a été agravé du fait que le terroriste est sorti du camion et a commencé à tirer sur les gens (certains témoignages ont indiqué qu’il pouvait y avoir deux tireurs, mais l’information a été plus tard démentie).

    L’AFP a d’ailleurs confirmé que le “conducteur du camion a tiré au pistolet avant d’être tué.”

    Selon d’autres témoins, le camion roulait environ à 50 km/h :


     

    Le camion du terroriste a été garé pendant 9 heures dans une rue de Nice avant l’attaque. Et les policiers l’ont arrêté et questionné mais rien n’a éveillé leurs soupçons.

     

     © Christian Larnet pour Dreuz.info

     

    Phoenix Boréal

  • Des hooligans place de la Bourse? Vraiment?

    0c4a4df48a930b56e7d71ec5a34b8257-1459149479.jpg

    Tous les médias ont relayé l'info (un peu trop vite?): dimanche 27 dans l'après midi, une horde de hooligans vêtus de noir ont fait irruption place de la Bourse pour détruire les différents hommages déposés, faire des saluts nazis,...

    J'ai attendu d'en savoir plus pour pouvoir relayer moi aussi l'info, à ma manière.

    Il semblerait qu'à la base, ça soit un rassemblement de supporters de différents clubs de football qui ont voulu se réunir pour montrer leur opposition à l'Etat Islamique.
    D'après l'organisateur de cette manifestation, le mot d'ordre était "ce dimanche, pas de violence, pas de politique, pas de couleurs de club et pas de couleur de peau! Tout le monde était en noir, couleur du deuil."

    Il affirme: Je ne connais pas tout le monde. Mais en tout cas, s’il y avait des extrémistes dans les 400, c’était une toute petite minorité. Et pas au BCS ni chez ceux d’Anvers [les deux groupes les plus présents en nombre dimanche.] Dans ces deux groupes, il y a d’ailleurs beaucoup de personnes d’origine étrangère et personne n’a de problème avec ça."

    La horde de hooligans/manifestants a été accusée d'avoir détruit plusieurs hommages aux victimes des attentats de Bruxelles. J'ai regardé plusieurs vidéos et j'ai pu remarqué que, comme d'autres l'avaient pointé du doigt avant moi: ce sont les journalistes, essayant d'avoir la meilleure image possible, qui n'ont pas hésité à piétiner drapeaux, dessins, bougies,...!

    Un supporter: Nous étions là pour marquer notre dégoût du comportement de l’EI, pour montrer que l’on veut lutter contre l’islamophobie et en lieu et place de ça, on a le sentiment qu’on nous compare à eux. Il faut que les gens sachent que c’était là notre seul objectif et que c’est bien une minorité qui s’est mise en évidence de façon inacceptable. Avec un peu de recul, on a le sentiment qu’on a été manipulés.

    Un 2e: Imaginez ces familles en train de voir débouler 450 personnes que l’on présente comme des fascistes ou des membres de l’extrême droite. Moi aussi, si j’avais été à leur place, j’aurais été choqué. Mais si la police avait communiqué avec eux en leur disant de ne rien craindre, que c’était une manifestation contre l’EI, leurs réactions auraient été toutes différentes. Ce qui me confirme dans mon idée que l’on s’est fait récupérer.

    Un 3e: On ne s’attendait pas à se faire insulter de la sorte. On s’est fait cracher dessus. On a certainement été maladroits et on s’excuse auprès des personnes qui étaient venues se recueillir.

    Un 4e: J’ai appris que nous avions été infiltrés par des membres du groupuscule Nation, bien connu pour ses idées d’extrême droite. Ce qui explique pas mal de choses.

    Il semblerait en effet que plusieurs groupes d'extrême droite aient infiltré les manifestants: Jeanke Smets, un des activistes les plus actifs du groupe néonazi "Autonome nationalisten Vlaanderen" (ANV) était sur place, comme il l'avait annoncé le matin même sur sa page Facebook

    Plusieurs membres de la scène skinhead étaient présents, dont deux connus sous les pseudonymes de Thure et Suck. Le dernier est celui qui est passé sur tous les médias, affirmant:
    C'est les bobos de gauche. Les bobos de gauche, c'est leur faute à eux. Moi, je viens de Molenbeek, il y a vingt ans on était tous copains. Nos copains s'étaient les marocains. Mais maintenant, il y a des ghettos. Ils ont fait des ghettos. Quand moi je passe, les gens se retournent et on me dit ''Qu'est-ce que tu fais ici ?''. J'entends les gens, ils ne parlent même plus français ou flamand sur la rue. C'est une bombe à retardement. On le disait, il y a vingt ans. On nous traitait de racistes. Eh bien, elle a explosé cette semaine la bombe à retardement. Mais nous on le disait il y a vingt ans. On nous a interdit (de le dire). Parce qu'on était jugé d'extrême droite. Alors que j'avais des amis immigrés qui me disaient, si j'étais belge, je suis comme toi, ce qu'on fait à votre pays, on vous encule !



    Sources: 
    http://www.dhnet.be/actu/belgique/des-hooligans-temoignent-apres-les-debordements-a-la-bourse-une-recuperation-politique-56f987dc35708ea2d3fffb9b
    http://www.fdesouche.com/713595-bruxelles-forte-tension-entre-hooligans-et-gauchistes-pro-immigres-video#
    http://resistances-infos.blogspot.be/2016/03/suite-aux-incidents-violents-de-ce.html

    Catégories : Faits Pin it!
  • L'Etat Islamique, un camp de vacance pour homosexuels?

    ab599aaaea08d968.jpg

    Plusieurs études ont montré que les homophobes les plus virulents sont bien souvent des homosexuels refoulés.

    L’État Islamique viendrait-il de révéler leurs tendances sexuelles?
    C'est ce que suggère cette photo, où l'ont découvre le message caché de leur drapeau (une fois celui-ci retourné), écrit en anglais.





    PS:
    Cette photo est bien entendu un montage (quoique, je n'ai pas le drapeau chez moi pour vérifier) et est une façon de se moquer de l’État Islamique sur un point qui leur est très sensible, vu les meurtres homophobes dont ils se sont rendus coupables. Il ne s'agit en aucun cas d'une attaque envers la communauté gay

    Ces études soulèvent une autre question: Mahomet était-il homosexuel? Certains hadiths l'attesteraient: http://vrais66.com/2015/01/09/islam-prophete-gay-mahomet-lhomme-modele-parfait/

     

    Catégories : Réflexion Pin it!