france

  • France - Alors que la porte est ouverte aux migrants, Tatiana, étudiante russe, va être expulsée

    Tatiana Demidova
    Tatiana Demidova


    « Cinq policiers sont venus chercher Tatiana Demidova »
    , témoigne son professeur d’économie à l’université de Perpignan. « Ils l’ont emmenée au centre de rétention de Toulouse [pour l’expulser]. J’ai alerté France 3, la presse locale, les collègues…. personne ne bouge ».

    Son crime ?

    La préfecture lui reproche « un manque de motivation dans ses études » rapporte FR3 Languedoc.

    Tatiana est en doctorat de Science économie. Assignée à résidence depuis le mois de septembre, elle est contrainte de se présenter deux fois par semaine à la police de l’air et des frontières, un traitement qui, s’il était exigé des djihadistes retournant du combat en Syrie et des fichés S, aurait probablement pu éviter les terribles attentats du mois de novembre.

    Mais Tatiana ne revient pas des zones de combat, elle n’est pas candidate au djihad, est elle n’est pas radicale, mais étudiante en Science économie à l’université de Perpignan – ce qui justifie sans doute de mobiliser les ressources publiques, une bureaucratie aveugle et bornée, pour la persécuter.

    Son directeur de thèse, notre ami Jean Louis Caccomo, s’interroge, sans comprendre :

    Disons le sans détour : si c’était une Syrienne ou une Malienne, les associations de défense des sans papiers et les ONG humanitaires se seraient déjà mobilisées et auraient alerté les médias et les politiques.

    Mais Tatiana n’est ni syrienne ni malienne, elle n’entre pas dans le champ limité des minorités à défendre par les « antiracistes », alors les « humanitaires » s’en lavent les mains.


    Publié sur Dreuz: http://www.dreuz.info/2016/01/08/le-scandale-alors-que-des-milliers-de-migrants-entrent-et-sincrustent-tatiana-une-studieuse-etudiante-russe-va-etre-expulsee-de-france/

    Pin it!
  • Attentats de Paris, moutonnera bien qui moutonnera le dernier !

    Mouton, France, Attentats, Paris, Bleu Blanc Rouge

    Conformément à l'une de mes constatations personnelles s'intéressant aux mécanismes psychologiques qui conduisent à son recours, l'humour représente parfois l'enveloppe douceâtre qui dissimule le cœur acrimonieux d'une critique vitupérante.

    Ce mécanisme a sans aucun doute conduit à la création de cette illustration caricaturant, toute utilisation du filtre tricolore bleu, blanc, rouge de la photo de profil proposé par Facebook pour afficher son soutien aux victimes des attentats de Paris, comme un réflexe moutonnier.
     
    De l'observation des membres du réseau social (essentiellement musulmans ou islamophiles) qui s'abstiennent pour x raisons d'appliquer le filtre tricolore mais qui, par la même, ne peuvent se garder de moquer de manière totalement déplacée ceux qui l'utilisent, il appert que les 2 principales raisons de la caricature s'articulent autour de l'indignation sélective et la soumission à la France et son gouvernement, au système (comploteur faut-il entendre) par extension.
     
    Voilà qu'un simple geste virtuel exprimant votre compassion pour les malheureux ayant fait les frais du tragique événement qui s'est déroulé à votre porte (ou l'aurait pu) serait révélateur d'un esprit à la compassion à géométrie variable délimitée par les frontières de l'Hexagone et à l'attachement irrésistible au gouvernement Hollande et aux différents gouvernements français qui se sont naguère succédé et donc à toute atrocité qui ait pu être commise sous la bannière du drapeau national de la France.
     
    Qu'il aurait mieux valu ne faire montre d'aucune compassion pour être tenu pour un véritable être compatissant !
     
    À en croire la réaction sardonique de ces personnes, afficher sa sympathie pour les victimes de cet attentat en particulier serait assimilable à l'indifférence, l'apathie voire l'insensibilité à l'égard des victimes d'autres attentats, massacres et faits sanguinaires du même acabit un peu partout dans le monde (musulman...).
     
    Un peu partout dans le monde musulman car c'est l'attentat de Beyrouth (quasi simultané à celui qui nous préoccupe), les victimes exclusivement gazaouies ou palestiniennes du conflit israélo-palestinien, les victimes innocentes des bombardements incessants en Syrie dont le spectre est agité.
     
    Ce rappel opportun ne fait guère montre d'humanisme équitable de la part des mahométans improvisés en dépositaires d'un bon néo-samaritanisme. En effet, et c'est l'apostat de l'islam qui témoigne, ils ne dérogent pas au principe directeur de l'inconscient collectif musulman qui entend concurrencer les positions victimaires par solidarité ethnico-religieuse, arabo-musulmane, par arabité islamique; cela explique le silence radio dont ils se sont rendu coupables à l'égard de l'hécatombe qui s'est produite à l'encontre des chrétiens par la même organisation terroriste qui s'est attaquée au pays des droits de l'homme ce vendredi 13. 
    Nous pouvions attendre à bon droit une réaction de la part d'une communauté musulmane à la hauteur de ses prétentions humanistes pour la double raison que le massacre des chrétiens moyen-orientaux par l'internationale terroriste est une barbarie sanguinaire faisant d'innombrables victimes, au nom de leur sacro-sainte triade commune : Allah, Mohamed et le Coran.
     
    À ceux-là s'ajoutent les non-musulmans, islamophiles constants ou de circonstance, souvent conspirationnistes qui, dans un réflexe civilisationnellement auto-flagellant, se perdent dans une compassion extra-religieuse, intercommunautaire et se joignent aux musulmans droit-de-l'hommistes, assis entre deux chaises, et assoient leur "bonne" interprétation des textes fondateurs de l'islam sur les déclarations melliflues de musulmans présentés comme modérés.
     
    Une modération qui ne revient pas à un véritable musulman, censé croire à l'intégralité du Coran et donc également voire surtout (du fait du principe de l'abrogation) aux passages coraniques inconfortablement violents (cf. Versets pro-guerre) qui ont teinté le sabre rouge du mahométisme médinois. 
     
    Une modération aussi circonstancielle, en effet, je fus du nombre des mahométans majoritaires que l'on qualifierait volontiers de modérés, pacifistes; le jour des attentats du 11 septembre 2001, la fierté islamique générait ce néanmoins en moi une joie de voir la puissante Amérique à genoux. Cette joie, je l'affichais très impunément et sans crainte de remontrance auprès de mon entourage familial, islamique et scolaire.
     
    La multiplication des attentats islamistes sur la scène occidentale conjuguée à l'image rebutante de la foi musulmane qu'elle inspire aux musulmans potentiels que sont les Occidentaux a conduit beaucoup des croyants de l'islam à revoir leur position en coulisse, d'autant plus que ces croyants ont réalisé qu'ils pouvaient être les victimes collatérales d'attaques djihadistes. Cela explique aujourd'hui la propension de la communauté musulmane à redorer le blason de sa religion à doses de #NotInMyName et autres condamnations ostensiblement fermes. Ce n'est pas tant la compassion officielle pour les victimes et les famille des victimes que la réputation de l'islam qui peut être la raison officieuse du revirement ou l'intensification de la commisération de ces personnes.
     
    Cette comédie prend nos islamophiles non-musulmans pour les dindons de la farce, plutôt les moutons de l'Aïd, et qu'ils prennent garde que le déni de réalité dont ils se sont affublé tel un voile intégral ne les précipite pas vers le sacrifice sur l'autel de la dhimmitude. Moutonnera bien qui moutonnera le dernier !
     
     
    Phoenix Boréal
  • Attentats de Paris : ce que les médias vous cachent déjà

    Paris, attentats

    Les médias parlent de terreur mais ils omettent de dire quelle est sa source : le Coran. Ils ne vous diront pas dans quelles mosquées de l’UOIF ces terroristes priaient, quels sermons de quels imams ils écoutaient.

    Les médias rapportent que François Hollande a déclaré que les attentats de vendredi sont un acte de guerre. Ils se gardent bien de développer. Faisons-le : cela veut dire que les guerriers sont sur le sol français. Cela veut dire que les guerriers sont français. Cela veut dire que c’est une guerre civile, déclenchée par l'État islamique (il vient de revendiquer les attentats, voir la revendication ci-dessous) sur le sol français où ils ont des combattants entraînés, qu’ils soient revenus du front syrien, irakien, ou arrivés parmi les réfugiés.

    Les médias disent que le couvre-feu a été décrété à Paris. Ils évitent de rappeler que la dernière fois que cela s’est produit, c’était face aux nazis pour que vous n’associez pas nazi à islam, alors que vous devriez clairement le faire.

    Communiqué, Paris, Attaque, France

    Les médias affirment que le Bataclan était une prise d’otages. Ils mentent

    Les médias affirment que le Bataclan était une prise d’otages. Ils mentent. L'État islamique ne prend pas d’otages, il les brûle vifs, les décapite, les réduit à l’esclavage. Les preneurs d’otages sont des gens qui réclament des choses, de l’argent, la libération de combattants, ils ont des demandes. Les « preneurs d’otages » du Bataclan n’avaient aucune demande. Des spectateurs ont tenté de négocier avec eux, ils n’avaient rien à négocier, ne demandaient rien. Il s’agissait non d’une prise d’otages, mais d’un acte terroriste destiné à tuer le plus possible des 1500 spectateurs.

    Ces attentats n’étaient rien de plus qu’une répétition pour étudier le terrain et les réactions françaises

    Les médias veulent que vous pensiez qu’une pareille attaque ne se reproduira plus. Ils ne vous disent pas que ces attentats n’étaient rien de plus qu’une répétition, pour l'État islamique. Ces attentats étaient destinés à être analysés par les stratèges de l’État islamique, afin de comprendre comment les Français réagissent, quels sont leurs points faibles et leurs points forts, afin que la prochaine attaque soit plus sanglante, plus mortelle, plus destructrice encore.

    Les médias indiquent que François Hollande a fermé les frontières. Cela veut dire quoi ? Nous avons laissé entrer trop de terroristes, nous n’en voulons plus ? 

    Les médias indiquent que François Hollande a fermé les frontières. Cela veut dire quoi ? Nous avons laissé entrer trop de terroristes, nous n’en voulons plus ? Aucun journaliste ne vous dit pourquoi Hollande a fermé les frontières. Pourquoi les fermer puisque depuis 2 mois les migrants et réfugiés sont présentés comme des innocentes victimes à qui une main humanitaire doit être tendue, voire même des médecins et diplômés qui sont une chance pour la France ?

    La réalité est que le gouvernement sait que des djihadistes infiltrent les flots de migrants.

    L’avouer est impensable : ce serait avouer qu’il ne contrôle pas la situation, qu’il ne sait pas qui sont les terroristes et qui sont les réfugiés. Ce serait avouer que des centaines, des milliers, sont déjà là.

    Mais posons-nous la question : sans ces horribles attentats, les frontières seraient donc restées ouvertes ? Ceux que la France veut maintenant bloquer seraient donc entrés…

    Pourquoi le couvre feu ? Les médias ont-ils indiqué que la police se rend chez les musulmans soupçonnés d’affinités avec l’islam radical, et confisquent les armes qu’ils découvrent ? Faire cela maintenant au lieu d’hier a coûté la vie à 160 personnes, fait 200 blessés. Voilà pourquoi les médias restent discrets sur la question.

    Les médias ont rapporté que deux explosions suicides se sont produites à l’extérieur du stade où se trouvait François Hollande. Ils n’ont pas cité les analyses des services de renseignements, qui pensent qu’il s’agissait d’une diversion pour faire sortir le président du stade et le faire assassiner, projet qui a avorté pour une raison pour l’instant inconnue.

    Les médias ont-ils révélé que la police recherche les têtes pensantes derrière cette attaque ?

    Ont-ils expliqué que l’État islamique a commis cet attentat en partie pour faire sa publicité et éliminer le rival al Qaïda ? Ont-ils dit que l’État islamique regarde les émissions de télévision française, voit les médias affirmer que l’islam est une religion de paix, que les mises en garde de l’extrême droite sur le danger islamique sont du populisme, et qu’il ne faut surtout rien faire contre ces braves salafistes qui ne sont là que pour rapporter un message d’amour. Ils ont compris la faiblesse de l’occident, ont compris qu’il est passif, qu’il ne réagira pas, alors ils frappent les plus faibles, les plus faciles à atteindre, ceux qui refusent d’affronter la réalité et se cachent la tête dans le sable politiquement correct.

    Les terroristes étaient 8. 7 d’entre eux se sont fait exploser. Cela, les médias l’ont publié. Ils sont restés très discrets en revanche sur les liens entre ces attentats et celui contre l’avion russe qui a fait 224 morts il y a 15 jours en Egypte. Ils ont caché que dans les deux cas, c’est l’économie du tourisme qui est visé, Paris étant la ville la plus visitée au monde par les touristes et l’Egypte vivant du tourisme. Pourquoi ? Pour minimiser le niveau d’organisation et d’expertise, de préparation et surtout des réseaux que l’État islamique a créé.

    Les terroristes étaient 8 oui. Mais combien de personnes ont assisté à la logistique ? La fourniture de l’armement, des munitions, les artificiers pour la préparation des ceintures d’explosif, les planques, les moyens de transport, la surveillance, les repérages, les communications. Rien de tout cela n’a été détecté par la DGSI ! Des dizaines de terroristes, vivant sur le sol français, de nationalité française pour certains, ont participé à ces attentats sans soulever le moindre soupçon. Comment les services de renseignement français ont-ils pu à ce point, et une nouvelle fois, faillir ?

    Screen-Shot-2015-11-14-at-12.50.42-500x423.png

    Comme le cheval de Troie, l’ennemi est sur place. Votre ennemi, votre bourreau de demain. Dans les banlieues, hier soir, on faisait la fête. À Calais, les migrants au lieu de partager la peine de leurs hôtes français se réjouissaient et hurlaient de joie dans les rues.

    Enfin, si les responsables des attentats sont bien l'État islamique, les médias ne vous diront pas que cela représente pour eux une immense publicité positive, c’est-à-dire des vagues de recrutements spontanées, des dons supplémentaires de riches arabes, certains qui possèdent des hôtels et ont investis leurs capitaux en France…

    Pour terminer, les victimes de ces attentats sont les nouvelles victimes du pacifisme. L’histoire n’enseigne jamais rien à ceux qui prônent l’apaisement face aux barbares : l’apaisement envoie toujours un signe de faiblesse qui encourage les tueurs.

    Disons encore que de nombreux musulmans ont été victimes de ces attentats. Dire qu’ils sont l’islam est un mensonge qui coûtera beaucoup d’autres vies car c’est pointer le doigt dans la mauvaise direction. Le vrai islam est celui qui a tué. Le faux islam est celui des musulmans qui ne respectent pas la lettre du Coran, qui préfèrent suivre les lois démocratiques plutôt que la charia, et ceux-là méritent notre respect car s’ils tombent entre les mains des vrais musulmans, le Coran leur donne l’ordre de les tuer.

    Disons enfin que sur les forums, des messages de l'État islamique expliquent qu’ils espèrent que les « infidèles » vont s’en prendre aux musulmans de France, ceux qui sont modérés à nos yeux, mais apostats aux leurs, et les forcer à choisir leur camp : soit l’occident, soit l’islam, dans l’espoir de pousser les mauvais musulmans vers l’islam du djihad.

    © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

     

    Phoenix Boréal

     

    =============================================================================================

     

    Source

     

    Site internet

     

    - Grumberg Jean-Patrick. Attentats de Paris : ce que les médias de Paris vous cachent déjà [En ligne]

    <http://www.dreuz.info/2015/11/14/attentats-de-paris-ce-que-les-medias-vous-cachent-deja/> (Consulté le 15/11/2015)