football

  • L'islam, le sport et les femmes...

    Évidement, on touche là à un des gros problèmes de cette religion, comment une femme musulmane va t-elle pouvoir aller faire son footing, et en profiter aussi pour que son corps reçoive tous les bienfaits du soleil ? Tout le monde sait bien que certaines vitamines ont besoin de l'exposition du soleil sur la peau, par exemple.

    Comme il est impensable de laisser son corps enfermé dans un carcan, l'empêcher de suer et d'évacuer les toxines que notre corps absorbe tout au long de la journée, comme ceux qui travaillent de nuit ou dans certaines industries, et qui ont souvent des carences similaires.

    Qui plus est, le sport est bien sûr, et en premier lieu, un moyen de créer l'esprit d'équipe, de solidarité, et permet de se confronter à des défis, d'aller plus loin, de progresser.

    Comme je verrais mal une femme musulmane faire du surf !

    Je verrais mal une femme musulmane, pratiquer tous ces sports de natation sans pouvoir sentir le contact de l'eau ! Ce qui est quand même la base pour quelqu'un qui est censé s'épanouir dans un élément !

    Je verrais mal une femme musulmane pratiquer tous les sports liés à l'athlétisme, encore moins les voir évoluer aux agrès de gymnastique !

     

    Bref, si elles sont absentes, c'est que leur prophète ne leur a même pas accorder le droit de participer (car évidement elles ne peuvent y aller seules !), mais qu'en plus, il faille qu'elles restent couvertes de la tête aux pieds, alors que justement le corps de l'athlète représente des années de travail, et que les gens qui les pratiquent, et vont les voir, se passent bien des commentaires graveleux comme serait capable de nous faire notre fervent lecteur qu'est l'Algérois. Ces fous ne pensent qu'à mettre en exergue des idées qu'ils sont les seuls à penser.

    Et quand une femme marque un but, en football, ou autres, les gens pensent à leurs pays, et pas aux interdits.

    Donc, j'ai bien fouillé, et en France, dernièrement, j'ai pu voir ceci, qui est tiré d'un éditorial musulman :

    Constamment suspecté de prosélytisme, l’islam est généralement perçu à travers le prisme de représentations négatives entravant la liberté de choix de tout individu, et l’éloignant de toute forme de vie en société.

    A cet égard, la pratique du sport par la gent féminine musulmane est immanquablement traitée par les médias au travers de faits divers marginaux qui amplifient volontairement le caractère communautaire, pour mieux en fustiger les dérives considérées comme antinomiques avec le modèle républicain prôné par la France.

    Ainsi, sommes-nous régulièrement abreuvés d’exemples de piscines réservant des créneaux horaires aux femmes, comme ce fut le cas dans l’agglomération lilloise ou à La Verpillière (Isère), ou encore de gymnases municipaux réservés par telle ou telle association culturelle en vue de compétitions de sports collectifs, dont les affiches placardées à l’extérieur en interdisent l’accès aux hommes… Les cas de ce type font les choux gras des reportages TV, ou de blogs incendiaires.

    Dans une récente enquête parue dans le Monde, Jean-Philippe Acensi, délégué général de l’Agence pour l’éducation par le sport, qui est en prise directe avec la réalité des banlieues, affirme que "cela reste marginal".

    A la lecture de cette énième investigation qui met en lumière de nouveaux projets de clubs de fitness ouverts aux femmes, qu’elles soient de confession musulmanes ou non, deux réflexions essentielles traversent l’esprit : en près de vingt ans, une véritable évolution des mentalités s’est opérée au sein de la communauté musulmane, les générations de jeunes filles et femmes de 2009 nourrissant de nouvelles aspirations plus en phase avec leur époque, mais dans le strict respect et fidélité à leurs valeurs intrinsèques  comment une société qui érige l’individualisme en dogme absolu et dont la libération excessive des mœurs représentent à bien des égards de profondes déviances morales, peut-elle encore s’arroger le droit de critiquer sans réserve la même liberté élémentaire qui revient à chaque française de confession musulmane, guidant ses choix de vie personnels, aussi longtemps qu’ils ne contreviennent pas à la liberté d’autrui ? En d’autres termes, pourquoi ce qui prévaut pour les uns, continue de susciter les foudres pour d’autres ?

    Ensuite, un autre article 

     

    Comment concilier le sport féminin et la religion musulmane, surtout quand elle est pratiquée de façon radicale ? C’est la question soulevée par le bras de fer qui oppose l’Iran et la Fifa : l’équipe de football féminine iranienne a été interdite de jouer car les joueuses sont obligées de porter le voile.

     

    Elles sont en pleurs, autour d’un immense drapeau iranien, après leur défaite 3-0 face à la Jordanie, un match comptant pour les qualifications des jeux Olympiques de 2012 à Londres. Mais les joueuses de football iraniennes n’ont pas perdu sur le terrain : le délégué officiel bahreïni de la Fifa a interdit les footballeuses de jouer en raison d’un non-respect du règlement. La cause, c’est le voile qu’elles sont plus ou moins obligées de porter. Mais elles pensaient être en règle…

    Dans le règlement de la Fifa pour les JO 2012, il est clairement spécifié dans l’article 4 que « les joueurs, arbitres, et dirigeants ne doivent pas afficher ostensiblement une préférence politique, religieuse, commerciale ou un message personnel sur leur tenue, et ce, sous quelque forme que ce soit. » Le voile islamique est donc fermement interdit. Mais la responsable du football féminin iranien, Farida Shojaei, assure que la tenue adoptée par les joueuses « n’est ni religieuse, ni politique, ni dangereuse pour les joueuses. Cela a été prouvé et Sepp Blatter [le président de la Fifa, ndama] l’a accepté et nous a permis de participer aux Jeux Olympiques. » Interdites de participations aux JO de 2010 à cause du voile, l’équipe féminine l’avait troqué contre des foulards un peu plus longs et fournis que des bonnets de bain.

    L’Iran pensait donc pouvoir jouer. La Fédération Iranienne a déclaré qu’elle allait porter plainte auprès de la Fifa, estimant que « la raison pour laquelle l’officiel bahreïni a empêché les joueuses iraniennes de jouer n’est pas claire. »

    N’empêche que cette volonté de cacher l’intégralité du corps – elles portaient aussi un maillot de corps en col roulé et un jogging complet – et en particulier la tête relève de l’islam. De l’islam radical d’Iran, précisons-le, où les femmes sont obligées de se recouvrir entièrement le corps. Même si les joueuses n’avaient pas le voile traditionnel, ce foulard est considéré comme étant un signe religieux. C’est donc interdit par le règlement du football.

    Les malheureuses pourraient avoir à payer une amende sévère, en plus d’être interdites de participation aux JO 2012. Pour éviter ça, la Fifa devrait imposer une règle simple à l’Iran : les joueuses iraniennes doivent bénéficier d’une exception pour s’habiller comme toutes les autres footballeuses du monde.

    Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’Iran a un problème avec les prochains Jeux Olympiques : en mars, le Comité national olympique iranien avait accusé le logo des JO de Londres d’être.. Raciste.

     

    Et, pour finir, un article d'un site musulman, qui nous dévoile les écrits du Coran au sujet du sport 

    - L’Islam n’accepte pas que les jeunes gens s’intéressent au sport à un tel point qu’ils en oublient de remplir leurs obligations religieuses et nationales, ainsi que les autres obligations. Il n’accepte pas non plus qu’on y accorde un intérêt démesuré qui recouvre des choses bien plus importantes.

     - L’Islam n’accepte pas qu’on pratique le sport d’une manière susceptible de causer du tort à autrui, comme on en voit certains qui jouent au football dans des espaces destinés à la circulation des véhicules ou des personnes, ou qui y jouent à des horaires normalement réservés au repos. L’Islam défend en effet d’accepter le tort et de le causer.

     - L’Islam n’accepte pas les sports collectifs mixtes, dans lesquels sont dévoilées des parties du corps qui devraient être cachées, ou dans lesquels sont commises des choses défendues par la religion.

     - L’Islam n’accepte pas les sports qui excitent le désir et qui allument la tentation, comme par exemple, la danse féminine lorsqu’elle est présentée en public.

     - L’Islam n’accepte pas qu’un individu d’un sexe donné exerce un sport qui convient au sexe opposé, alors que ce sport ne sied qu’à ce dernier sexe, dans la mesure où il lui est naturellement prédisposé et qu’il correspond à la mission de son existence.

    En effet, lorsque l’Islam considère une chose comme licite et la permet, il lui pose des limites qui empêchent tout excès, qui garantissent l’observation des règles de bienséance et qui s’accordent harmonieusement avec la sagesse générale de la législation. Et c’est dans le cadre de ces limites que doit être pratiqué le sport. Dans le cas contraire, les désagréments apportés par le sport seraient supérieurs aux avantages qu’il procure. Et dans ce cas, un tel sport serait illicite, conformément à la règle générale en législation [6]. Dieu dit dans le Coran : « Ô les croyants : ne déclarez pas illicites les bonnes choses que Dieu vous a rendues licites. Et ne transgressez pas. Dieu, en vérité, n’aime pas les transgresseurs. » [7] Littéralement, ce verset reste général et interdit toute transgression, qu’elle se situe au niveau alimentaire, vestimentaire ou autre, sachant que la transgression désigne le dépassement de la limite raisonnable légiférée par la religion.

     

    Voilà , vous pouvez donc aisément faire la synthèse de tout cela, les femmes musulmanes peuvent difficilement s'épanouir dans le sport, c'est déjà assez contraignant pour un homme qui respecte les règles de sa religion, les repas , le repos, et l'entraînement doivent cohabiter avec les interdits, la prière, le jeûne, et tout ce que vous avez pu lire plus haut !

     

    Source :

     

    http://blog.sami-aldeeb.com/2011/06/09/iran-le-football-feminin-et-l%E2%80%99islam-ne-font-pas-bon-menage/

     

    http://oumma.com/Le-sport-feminin-et-l-islam-une

    Catégories : Réflexion Pin it!