dreuz

  • Dreuz: "c'est pas ça l'islam"

    la-campagne-des-jeunes-musulmans-contre-letat-islamique.jpg

    Voici une réflexion très intéressante provenant d'un article de Dreuz:

    On nous fait souvent cette remarque que « l’Arabie saoudite ne représente pas l’islam », que « les terroristes ne représentent pas l’islam », que « l’Etat islamique ne représente pas l’islam ».

    Quand on leur demande : « alors qui, quel pays, représente l’islam ? », on ne reçoit jamais de réponse.

    Vous devinez pourquoi : s’ils s’aventuraient à citer les pays qui représentent vraiment l’islam, suivrait de ma part une longue liste des atrocités, des violations des droits de l’homme, des meurtres et des attentats commis dans ces pays… au nom de l’islam.

    Ne pas répondre, annule cependant l’affirmation que « cela ne représente pas l’islam », car en vrai, ce qui se passe en Arabie saoudite, en Algérie, en Iran, en Indonésie ou en Afghanistan, cela représente exactement l’islam, et s’il venait à l’idée à notre lecteur d’oser soutenir, dans un de ces pays, que cela ne représente pas l’islam, il terminerait en prison pour apostasie, ou pendu.

    En refusant de dire ce qui représente l’islam, ils démontrent que l’islam n’est pas une religion, mais une idéologie totalitaire destinée à soumettre la race humaine, par la force plutôt que par les mots, car les islamistes aiment répandre le sang, aiment tuer et être tués.

    Leur objectif : coloniser l’ensemble des pays non musulmans, le tout sous couvert de religion. Le plus étrange est que c’est écrit en toutes lettres dans les documents des Frères musulmans : ils ne se cachent même pas !

    [NDLR]: pour rebondir sur le mouvement "not in my name": "pas en mon nom" mais bien "au nom d'Allah"!



    Source: http://www.dreuz.info/2016/08/26/lislam-cest-pas-ca-ou-la-grosse-arnaque/

    Catégories : Réflexion Pin it!
  • Ce que l’on ne vous dit pas sur Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le terroriste de Nice

    Le terroriste de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, 31 ans, de nationalité tunisienne, était un homme antipathique, agressif, et pieux musulman.

    Un témoin a déclaré : « j’ai même eu le temps de voir son visage. Il avait une barbe, et il avait l’air de prendre du plaisir ».

    Un voisin, musulman comme le terroriste, a fait courir des fausses infos sur lui destinées à exclure l’islam de toute mise en cause. Les journalistes se sont empressés de reprendre ce qu’il a dit, car eux aussi, comme les jihadistes, veulent protéger l’islam.

    D’autres voisins plus fiables l’ont décrit comme solitaire, silencieux et antipathique, l’un d’entre eux a ajouté qu’il ne répondait même pas quand on lui disait bonjour.

     

    Lahouaiej Bouhlel.jpg

    Le terroriste a été identifié comme étant Mohamed Lahouaiej Bouhlel, père de famille, 3 enfants, divorcé depuis 2 ans, chauffeur livreur et petit criminel, qui a hurlé Allahu Akbar pendant l’affrontement final avec la police.

    L’attentat a causé la mort de 84 personnes, dont 18 enfants. Un témoin a déclaré : « j’ai même eu le temps de voir son visage. Il avait une barbe, et il avait l’air de prendre du plaisir ».

    Sa carte d’identité a été retrouvée dans le camion et montre qu’il était d’origine tunisienne, qui compte le plus grand nombre de recrues pour l’Etat islamiste.

    Il était originaire de la ville saharienne de Mseken, et son père est membre du parti extrémiste islamiste tunisien Ennahda. Selon la police tunisienne, son père est un extrémiste extrêmement violent surveillé par la police de Ben Ali, et il est devenu en 2011 un chef local de Mseken.

    Bouhlel a loué le camion mercredi dernier près de Nice à Saint Laurent du Var.

    Il était connu de la police pour des affaires de vol, de violence et de possession illégale d’armes, sa dernière arrestation remonte à janvier. Selon la police, il a comparu devant la justice au mois de mars 2016, où il a été jugé coupable de violences et bien entendu laissé en liberté.

    Il aurait réussi à passer sur la Promenade des Anglais fermée à la circulation en expliquant aux policiers qu’il livrait des crèmes glacées.

    Il n’était “pas suspecté d’avoir été radicalisé et n’avait pas de fiche à son nom auprès de l’anti-terrorisme.”

    Un téléphone a été retrouvé dans le camion qui est en cours d’examen pour identifier un réseau ou des complices.

    La Police examine également les informations des 1 200 caméras de surveillance de la ville ainsi qu’une vidéo prise au moment où il montait dans son camion, dans les collines de Nice, avant de commettre son attentat.

    Sa maison a été fouillée par la police ce matin, et plusieurs de ses proches – famille et amis – sont maintenant interrogés par la police. Les recherches continuent dans le quartier des abattoirs de Nice.

    Le fait qu’il n’était pas connu des services anti-terroristes veut dire deux choses, et aucune n’est rassurante :

    1. Les failles de la DGSI sont encore plus grandes qu’on l’imaginait.
    2. Des individus non fichés sont capables de monter dans un camion et d’écraser pendant de très longues minutes 84 innocents, un attentat qui psychologiquement montre un état de persévérance dans la haine bien plus important que se faire exploser.

    Bouhlel a été tué par une femme policier alors qu’il est sorti du camion et qu’il a commencé à tirer. Il tentait de fuir et la police l’a tué à l’intérieur ou à coté d’un restaurant.

    Des armes et des munitions ainsi qu’une grenade qui s’est avéré factice, ont été découvertes à l’arrière du camion, ce qui suggère que l’attentat a été longuement prémédité, et que le trafic d’arme n’éveille en France aucun soupçon.

    Au domicile du terroriste, un autre camion avec des explosifs a été découvert.

    Selon une source policière, le camion a zigzagé plusieurs fois tandis qu’il se jetait sur la foule. Bouhlel a roulé pendant près de 2 km et a même accéléré alors qu’il fauchait ses victimes.

    Pour les témoins, le bilan a été agravé du fait que le terroriste est sorti du camion et a commencé à tirer sur les gens (certains témoignages ont indiqué qu’il pouvait y avoir deux tireurs, mais l’information a été plus tard démentie).

    L’AFP a d’ailleurs confirmé que le “conducteur du camion a tiré au pistolet avant d’être tué.”

    Selon d’autres témoins, le camion roulait environ à 50 km/h :


     

    Le camion du terroriste a été garé pendant 9 heures dans une rue de Nice avant l’attaque. Et les policiers l’ont arrêté et questionné mais rien n’a éveillé leurs soupçons.

     

     © Christian Larnet pour Dreuz.info

     

    Phoenix Boréal

  • Corse, salle (de prière) saccagée : toute la lumière sur ce qui s’est vraiment passé, sans langue de bois‏

    Les médias ont menti sur ce qui s’est passé en Corse, comme ils mentent sur ce qui se passe en Israël. Coïncidence, dans les deux pays des musulmans sont les agresseurs. Deuxième coïncidence, dans les deux pays les journalistes les font passer pour les victimes. Nous allons ici faire toute la lumière sur ce qui s’est vraiment passé en Corse…

    Suite au saccage de la salle de prière à Ajaccio en Corse du sud, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a déclaré :

    « Toute la lumière devra également être faite sur les conditions dans lesquelles des individus se sont livrés à de multiples dégradations (…) dans un lieu de culte musulman »

     

    Vous allez faire toute la lumière Monsieur Cazeneuve, vraiment ?

    Vous le savez, je le sais, il le sait, tout ce qu’il dit c’est du vent. Bernard Cazeneuve ne fera pas toute la lumière sur ce qui s’est vraiment passé parce que sa langue est en bois, et que si elle ne peut pas prononcer les mots qui fachent, il ne pourra désigner ni les responsables, et encore moins les causes.

    Nous oui.

    Nous allons faire toute la lumière sur cette affaire.

    Déjà, un mot sur cette « salle de prière » : officiellement c’est la salle d’une association sportive et culturelle. Officieusement, c’est (aussi) une salle de prière : il y avait des corans et autres livres religieux. Ca veut sans doute dire que les musulmans ont menti pour obtenir les subventions de la ville voire de la région, qui ne peuvent financer le culte. Et j’espère que les Corses sauront exiger de vérifier si cette association sportive qui cache une salle de prière clandestine bénéficie de subventions – et pour faire les choses biens, qu’ils demanderont non seulement le retrait des subventions, mais qu’ils déposeront plainte auprès du tribunal administratif pour réclamer le remboursement des sommes déjà versées.

    Bref.

    Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, et cité par Manuel Gomez sur Dreuz, nous met sur la piste. Talamoni a déclaré : « Agression honteuse des pompiers ». Tiens, rien sur la salle de prière ?

    Charles Voglimacci, toujours cité par notre confrère, est le patron du Service d’incendie et de secours de Corse du sud. Ce qu’il a déclaré est plus explicite encore, et nous permet de commencer à comprendre ce qui s’est passé :

    « Ici, en Corse, nous ne sommes pas dans certains quartiers du continent où règnent la terreur et le chaos. Ici c’est Ajaccio, et nous ne laisserons à personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville. Si cela les indispose, ils sont libres de partir ».

    « Certains quartiers du continent ? » Voglimacci parle-t-il des zones de non droit où la police ne pénètre pas – ni les citoyens qui tiennent à leur vie ? « Nous ne laisserons à personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville » : aucun doute, il s’agit de quartiers musulmans. Les agresseurs étaient musulmans. Encore.

     

    Comment tout à commencé

    Je disais plus haut que les médias ont menti sur la Corse comme ils mentent sur Israël. Je disais que, fait étrange, dans les deux pays, des musulmans sont les agresseurs. Je disais que dans les deux pays, des gens ont riposté. Et je dis que dans les deux pays, ces pourris de journalistes prennent la défense des musulmans…

    Car les journalistes sont de gauche, pire, ils sont islamo-gauchistes. Concrètement, cela se traduit ainsi, dans le cerveau malade des journalistes :

    « quel que soit le crime d’un musulman, il a toujours raison. S’il a tort, il a des excuses, car c’est lui la victime. Victime de la société, du rejet, du racisme, de l’islamophobie. Et s’il n’a pas d’excuse, alors ça n’a rien à voir avec l’islam… »

    En France, écrivez ça, et vous « incitez à la haine ». En vrai, si vous incitez à quelque chose, c’est à ouvrir les yeux. Et ça, en France, c’est mal car tout est fait, de l’école à la télé, pour empêcher les gens de comprendre, pour faire du lavage de cerveau. Accuser « d’inciter à la haine », c’est juste un cheval de Troie au service de la répression de la liberté de penser et dire ce qu’on veut, comme tout être humain normalement constitué.

    En Corse comme en Israël, les médias dénoncent les réactions et cachent les provocations et les agressions, parce que les provocations et les agressions accusent les musulmans.

    Concernant Israël, les journalistes dénoncent les morts palestiniens sans dire qu’ils ont d’abord poignardé d’innocents civils, et qu’ils ont été tués par des policiers pour les empêcher d’achever leurs victimes et d’en faire d’autres.

    Concernant la Corse, les musulmans ont dressé non pas un mais deux guets-apens dans le but de massacrer des pompiers. C’est l’élément clef qui a été supprimé ou minimisé du narratif des journaux, parce que cet élément clef accuse les musulmans.

    En Corse, les musulmans ont allumé un incendie dans une « cité » d’Ajaccio aux Jardins de l’Empereur (vous savez ce que « cité » veut dire n’est-ce-pas ? Sinon demandez-moi) pour attirer les sapeurs-pompiers et la police. Sur place, comme en Judée Samarie où ils utilisent – encore une coïncidence – exactement les mêmes méthodes, les services de secours ont été caillassés par des jets de pierres.

    Jérusalem.jpg

    Photo d’une cité de Jérusalem (les médias appellent ça Jérusalem est) : ils ont brûlé des palettes et jeté des pierres sur les juifs. A Ajaccio, ils ont brûlé des palettes et jeté des pierres sur les chrétiens.

    L’agression des pompiers, les incendies, c’était le jour de Noël parce que c’est la guerre de religion, c’est la conquête islamique

    En Corse, les médias ne vous le diront pas non plus, tout s’est passé le jour de Noël, et ce n’est pas un hasard.

    L’islam veut tuer les chrétiens et les juifs. Dans les pays où vous avez été trop cons pour les laisser entrer, ils sont là pour faire disparaitre les traditions chrétiennes.

    Mettez-vous à leur place : ils ont réussi à chasser les Chrétiens d’Egypte, d’Irak, du Liban, de Bethlehem, de Nazareth et de Judée Samarie qui est le berceau du christianisme, de Turquie, et des pays du Maghreb, parce que c’est un ordre d’Allah, c’est un ordre du Coran. Vous êtes lent ou quoi ? Pourquoi voulez-vous qu’ils s’arrêtent ? Ils n’ont pas le droit de s’arrêter, sinon ce sont de mauvais musulmans.

    Donc en Corse, le jour de Noël, les musulmans ont préparé « 400 palettes de bois, une tonne de pneumatiques et un engin incendiaire », a précisé le sous-préfet. Et c’est pour obéir à leur prophète. Pigé ?

     

    Pendant l’agression des pompiers, les musulmans hurlaient : « Sales Corses, cassez-vous ! »

    Les musulmans sont une pièce rapportée, ce sont des immigrants sur une terre qui n’est pas la leur, mais leur coran dit qu’ils sont supérieurs aux non musulmans. Leur coran dit qu’ils doivent convertir, tuer ou chasser les infidèles. Leur coran leur dit qu’ils doivent islamiser la terre entière. Alors ils obéissent. Donc ils disent aux habitants qui étaient là avant eux : cassez-vous ! Comme en Israël ? Oui, comme en Israël.

    Vous êtes allé faire un tour sur Twitter ? Les islamo-gauchistes sont déjà en train de raconter que les Corses doivent tout aux musulmans. Ils sortent des témoignages pour dire que les musulmans ont sauvé la Corse des nazis. Demain, ils vont raconter que les musulmans habitaient la Corse avant les Corses, et qu’ils ont plus de droits sur l’ile que les Corses eux-mêmes. Vous ne me croyez pas ? Regardez ce qu’ils écrivent sur Israël ! Ils reprochent que les juifs ont judaïsé Jérusalem au détriment des musulmans ! C’est pas délirant ?

    Bref.

    Quand les pompiers sont arrivés, les musulmans les ont agressé en hurlant : « Sales Corses de merde, cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ici! ».

    Notez bien ce détail, il est important. Ils font un guet-apens pour attirer les pompiers et ils leur disent « cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ». Vous saisissez ? On n’appelle pas quelqu’un pour lui dire ensuite de se casser, sauf si c’est un message. Les pompiers, ils ont été attirés dans le piège et agressés pour qu’ils rapportent le message au reste de la population. Le message, il est pour tous les Corses, et c’est « cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ». C’est comme ça que l’islam avance depuis 14 siècles, par la terreur. Ils connaissent rien d’autres. Reconnaissons-leur au moins cette qualité de la constance, et d’appliquer toujours et partout les mêmes méthodes qui marchent.

    Bref, le…« cassez-vous vous n’êtes pas chez vous », c’est mal passé.

    Là, deux solutions.

    Soit vous avez des couilles comme les Corses et les Israéliens, soit vous n’en avez pas et vous vous couchez, vous vous soumettez à l’islam – d’ailleurs le mot islam veut dire soumission. Si vous en avez, alors vous ripostez… Simple, clair, net.

     

    Deux guets-apens organisés militairement pour lyncher les pompiers

    « On savait que s’ils pénétraient dans le camion, ce n’était plus la même histoire »

    Tiffany-blessée-par-les-musulmans.png

    Tiffany, blessée par les musulmans

     

    Une fois sur place, les pompiers sont tombés dans deux guets-apens, une vraie intifada.

    Personne ne les a fait parler, mais moi je suis prêt à parier que certains d’entre eux ont fait allégeance à l’Etat islamique. Si ça se trouve, il y a même des combattants qui sont revenus de Syrie et qui ont commis des atrocités. Allez savoir : votre gouvernement socialiste – c’est vraiment pas des lumières – il laisse les djihadistes qui rentrent de Syrie en liberté. Tout ce qu’il trouve de mieux à faire pour protéger les honnêtes gens, c’est de mettre la lettre S à coté de leur nom. Brrr… j’en tremble.

    Bref.

    • Une première meute de maghrébins d’environ 60 personnes attendait les pompiers avec des jets de pierre, de parpaings et de barre de fer, relate Midi Libre.

    • Les pompiers font alors demi tour, mais ils sont attendus par la seconde bande, plus dangereuse, mieux organisée, plus violente aussi.

    Un pompier témoigne avoir vécu une scène de guerre façon 2015. Ca ne se passe pas avec les chars et l’armée, mais le but est le même, car ne vous faites aucune illusion : dans leur tête – pas dans la notre mais dans la leur – ces musulmans se voient comme combattants d’Allah qui ont tenté d’extraire les incroyants de leur camion pour les lyncher conformément au coran.

    La scène d’horreur vécue par les sapeurs-pompiers, c’est autre chose que le « ils ont été caillassés » de BFMTV destiné à minimiser la scène pour disculper les arabes.


    Ajaccio : "Il aurait pu y avoir des morts... par ITELE

    Un premier pompier témoigne :

    on a frôlé la catastrophe : il aurait pu y avoir des morts

    « Nous avons été pris dans un véritable guet-apens par une vingtaine de personnes armées de barre de fer, de battes de baseball, cagoulés. Ils ont essayé de nous porter des coups, d’ouvrir le camion, ils ont réussi à briser les vitres, on a frôlé vraiment vraiment la catastrophe : il aurait pu y avoir des morts »…

    « Ce qui s’est passé dans la nuit du 24 décembre, ça (n’) a jamais été comme ça ».

    Un second pompier, qui a été blessé :

    « Il faisait sombre. Nous sommes restés dans le camion et notre principale préoccupation était que personne ne puisse monter dedans. D’autant qu’il y avait une femme avec nous sur l’intervention. Je l’ai poussée derrière et j’ai fermement tenu la porte. C’est à ce moment-là que j’ai été blessé », relate Nicolas qui a eu la cornée de l’oeil gauche rayée.

    Camion de pompier Ajaccio.jpg

    Tiffany, femme pompier, présente aussi lors de l’agression, et légèrement blessée à l’œil :

    « On a tous eu peur. On savait que s’ils pénétraient dans le camion, ce n’était plus la même histoire. Il fallait rapidement sortir du quartier ».

     

    La réaction, présentée par les médias comme l’agression

    Ce qui a déclenché la réaction des habitants, c’est cette phrase de trop, que les continentaux entendent régulièrement – sans réagir :

    « Sales Corses de merde, cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ici ! »

    Là, les musulmans, ils n’ont pas tout compris. On ne dit pas aux Corses « cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous », comme on ne dit pas aux Israéliens, « cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ».

    Manifestation préfecture Ajaccio.png

    Manifestation de soutien devant la Préfecture

     

    Alors vendredi vers 16h00, environ 600 personnes se sont rassemblées devant la préfecture à Ajaccio, non seulement en soutien aux pompiers et aux policiers blessés, mais aussi parce que les Corses devaient rappeler aux musulmans une chose : « [nous les Corses, ici] nous sommes chez nous ».

    Après la manifestation,« on monte » et on règle les comptes

    « Ils étaient quatre les pompiers, c’était facile. Venez maintenant ! »

    Vers 17 heures, une partie des manifestants, hommes et femmes confondus, s’est spontanément mise en mouvement. Ils ont remonté le cours Napoléon, traversé la ville et sont montés jusqu’au quartier de l’Empereur pour trouver les musulmans responsables de l’agression des pompiers.

    Une fois dans la cité, ils se sont mis à chanter en chœur : « nous sommes chez nous ici », « Arabi fora » (les arabes dehors). 

    Bien-sûr, ces salauds de journalistes et de politiques de gauche, ils disent que chanter « Arabi fora », c’est raciste. Les musulmans eux, ils ont droit de cracher « sales Corses de merde cassez-vous », et c’est pas raciste, parce que les musulmans, eux ils ont tous les droits, eux ils ont toutes les excuses. Salauds de journalistes.

    Bref.

    Puis ils ont arpenté la cité pour retrouver les agresseurs.

    « Où vous êtes ? Descendez maintenant. Ils étaient quatre les pompiers, c’était facile. Venez maintenant ! »

    Trop lâches, les agresseurs, planqués, ne sont pas sortis.

    « Ne cassez rien, ne touchez ni aux voitures, ni aux immeubles. Il y a des Corses qui habitent ici », lançaient des personnes.

    « Nous ne sommes pas ici pour casser, mais pour leur rappeler qu’ils ne sont pas chez eux », dit un autre homme, d’une cinquante d’année.

    Aux balcons, les habitants corses du quartier applaudissaient rapporte Corse matin, les appelant les « sauveurs ».

     

    BFMTV a menti, la riposte n’est pas venue d’indépendantistes corses, mais de gens de tous les jours, avec une fierté et un honneur

    A Ghjuventù Indipendentista a démenti fermement la fausse information diffusée sur le plateau de BFMTV :

    « Nous engageons BFMTV à retrouver le sens des responsabilités en arrêtant de colporter des informations totalement farfelues.

    Un journaliste a cru bon de faire le lien entre la situation politique en Corse et les événements qui se sont déroulés hier soir à Aiacciu. Nous sommes donc les premiers visés puisque, selon ce journaliste, les auteurs de la dégradation de la salle de prière seraient « les jeunes indépendantistes corses ».

     

    Rien n’arrêtera jamais la propagande des militants avec carte de presse, mais rien ne nous empêchera de dénoncer leurs mensonges.

     

    © Hervé Roubaix pour Dreuz.info

     

    Phoenix Boréal