arabes

  • Attentats de Paris : ce que les médias vous cachent déjà

    Paris, attentats

    Les médias parlent de terreur mais ils omettent de dire quelle est sa source : le Coran. Ils ne vous diront pas dans quelles mosquées de l’UOIF ces terroristes priaient, quels sermons de quels imams ils écoutaient.

    Les médias rapportent que François Hollande a déclaré que les attentats de vendredi sont un acte de guerre. Ils se gardent bien de développer. Faisons-le : cela veut dire que les guerriers sont sur le sol français. Cela veut dire que les guerriers sont français. Cela veut dire que c’est une guerre civile, déclenchée par l'État islamique (il vient de revendiquer les attentats, voir la revendication ci-dessous) sur le sol français où ils ont des combattants entraînés, qu’ils soient revenus du front syrien, irakien, ou arrivés parmi les réfugiés.

    Les médias disent que le couvre-feu a été décrété à Paris. Ils évitent de rappeler que la dernière fois que cela s’est produit, c’était face aux nazis pour que vous n’associez pas nazi à islam, alors que vous devriez clairement le faire.

    Communiqué, Paris, Attaque, France

    Les médias affirment que le Bataclan était une prise d’otages. Ils mentent

    Les médias affirment que le Bataclan était une prise d’otages. Ils mentent. L'État islamique ne prend pas d’otages, il les brûle vifs, les décapite, les réduit à l’esclavage. Les preneurs d’otages sont des gens qui réclament des choses, de l’argent, la libération de combattants, ils ont des demandes. Les « preneurs d’otages » du Bataclan n’avaient aucune demande. Des spectateurs ont tenté de négocier avec eux, ils n’avaient rien à négocier, ne demandaient rien. Il s’agissait non d’une prise d’otages, mais d’un acte terroriste destiné à tuer le plus possible des 1500 spectateurs.

    Ces attentats n’étaient rien de plus qu’une répétition pour étudier le terrain et les réactions françaises

    Les médias veulent que vous pensiez qu’une pareille attaque ne se reproduira plus. Ils ne vous disent pas que ces attentats n’étaient rien de plus qu’une répétition, pour l'État islamique. Ces attentats étaient destinés à être analysés par les stratèges de l’État islamique, afin de comprendre comment les Français réagissent, quels sont leurs points faibles et leurs points forts, afin que la prochaine attaque soit plus sanglante, plus mortelle, plus destructrice encore.

    Les médias indiquent que François Hollande a fermé les frontières. Cela veut dire quoi ? Nous avons laissé entrer trop de terroristes, nous n’en voulons plus ? 

    Les médias indiquent que François Hollande a fermé les frontières. Cela veut dire quoi ? Nous avons laissé entrer trop de terroristes, nous n’en voulons plus ? Aucun journaliste ne vous dit pourquoi Hollande a fermé les frontières. Pourquoi les fermer puisque depuis 2 mois les migrants et réfugiés sont présentés comme des innocentes victimes à qui une main humanitaire doit être tendue, voire même des médecins et diplômés qui sont une chance pour la France ?

    La réalité est que le gouvernement sait que des djihadistes infiltrent les flots de migrants.

    L’avouer est impensable : ce serait avouer qu’il ne contrôle pas la situation, qu’il ne sait pas qui sont les terroristes et qui sont les réfugiés. Ce serait avouer que des centaines, des milliers, sont déjà là.

    Mais posons-nous la question : sans ces horribles attentats, les frontières seraient donc restées ouvertes ? Ceux que la France veut maintenant bloquer seraient donc entrés…

    Pourquoi le couvre feu ? Les médias ont-ils indiqué que la police se rend chez les musulmans soupçonnés d’affinités avec l’islam radical, et confisquent les armes qu’ils découvrent ? Faire cela maintenant au lieu d’hier a coûté la vie à 160 personnes, fait 200 blessés. Voilà pourquoi les médias restent discrets sur la question.

    Les médias ont rapporté que deux explosions suicides se sont produites à l’extérieur du stade où se trouvait François Hollande. Ils n’ont pas cité les analyses des services de renseignements, qui pensent qu’il s’agissait d’une diversion pour faire sortir le président du stade et le faire assassiner, projet qui a avorté pour une raison pour l’instant inconnue.

    Les médias ont-ils révélé que la police recherche les têtes pensantes derrière cette attaque ?

    Ont-ils expliqué que l’État islamique a commis cet attentat en partie pour faire sa publicité et éliminer le rival al Qaïda ? Ont-ils dit que l’État islamique regarde les émissions de télévision française, voit les médias affirmer que l’islam est une religion de paix, que les mises en garde de l’extrême droite sur le danger islamique sont du populisme, et qu’il ne faut surtout rien faire contre ces braves salafistes qui ne sont là que pour rapporter un message d’amour. Ils ont compris la faiblesse de l’occident, ont compris qu’il est passif, qu’il ne réagira pas, alors ils frappent les plus faibles, les plus faciles à atteindre, ceux qui refusent d’affronter la réalité et se cachent la tête dans le sable politiquement correct.

    Les terroristes étaient 8. 7 d’entre eux se sont fait exploser. Cela, les médias l’ont publié. Ils sont restés très discrets en revanche sur les liens entre ces attentats et celui contre l’avion russe qui a fait 224 morts il y a 15 jours en Egypte. Ils ont caché que dans les deux cas, c’est l’économie du tourisme qui est visé, Paris étant la ville la plus visitée au monde par les touristes et l’Egypte vivant du tourisme. Pourquoi ? Pour minimiser le niveau d’organisation et d’expertise, de préparation et surtout des réseaux que l’État islamique a créé.

    Les terroristes étaient 8 oui. Mais combien de personnes ont assisté à la logistique ? La fourniture de l’armement, des munitions, les artificiers pour la préparation des ceintures d’explosif, les planques, les moyens de transport, la surveillance, les repérages, les communications. Rien de tout cela n’a été détecté par la DGSI ! Des dizaines de terroristes, vivant sur le sol français, de nationalité française pour certains, ont participé à ces attentats sans soulever le moindre soupçon. Comment les services de renseignement français ont-ils pu à ce point, et une nouvelle fois, faillir ?

    Screen-Shot-2015-11-14-at-12.50.42-500x423.png

    Comme le cheval de Troie, l’ennemi est sur place. Votre ennemi, votre bourreau de demain. Dans les banlieues, hier soir, on faisait la fête. À Calais, les migrants au lieu de partager la peine de leurs hôtes français se réjouissaient et hurlaient de joie dans les rues.

    Enfin, si les responsables des attentats sont bien l'État islamique, les médias ne vous diront pas que cela représente pour eux une immense publicité positive, c’est-à-dire des vagues de recrutements spontanées, des dons supplémentaires de riches arabes, certains qui possèdent des hôtels et ont investis leurs capitaux en France…

    Pour terminer, les victimes de ces attentats sont les nouvelles victimes du pacifisme. L’histoire n’enseigne jamais rien à ceux qui prônent l’apaisement face aux barbares : l’apaisement envoie toujours un signe de faiblesse qui encourage les tueurs.

    Disons encore que de nombreux musulmans ont été victimes de ces attentats. Dire qu’ils sont l’islam est un mensonge qui coûtera beaucoup d’autres vies car c’est pointer le doigt dans la mauvaise direction. Le vrai islam est celui qui a tué. Le faux islam est celui des musulmans qui ne respectent pas la lettre du Coran, qui préfèrent suivre les lois démocratiques plutôt que la charia, et ceux-là méritent notre respect car s’ils tombent entre les mains des vrais musulmans, le Coran leur donne l’ordre de les tuer.

    Disons enfin que sur les forums, des messages de l'État islamique expliquent qu’ils espèrent que les « infidèles » vont s’en prendre aux musulmans de France, ceux qui sont modérés à nos yeux, mais apostats aux leurs, et les forcer à choisir leur camp : soit l’occident, soit l’islam, dans l’espoir de pousser les mauvais musulmans vers l’islam du djihad.

    © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

     

    Phoenix Boréal

     

    =============================================================================================

     

    Source

     

    Site internet

     

    - Grumberg Jean-Patrick. Attentats de Paris : ce que les médias de Paris vous cachent déjà [En ligne]

    <http://www.dreuz.info/2015/11/14/attentats-de-paris-ce-que-les-medias-vous-cachent-deja/> (Consulté le 15/11/2015)

  • Les avancées scientifiques de la civilisation arabo-musulmane

    Voici la traduction (faite par Claude Laurent, de Résistance Républicaine) d'une lettre écrite par un Assyrien ou Syriaque (c’est-à-dire un chrétien d’Irak, ils se considèrent comme les héritiers de l’Assyrie) en réponse à un discours de la CEO de Hewlett Packard qui faisait l’apologie de la civilisation arabo-musulmane.
    C’est un excellent texte qui répond à de nombreux mythes défendus par les musulmans et les apologistes de l’islam.

    Chère Madame Fiorina,

    C’est avec un grand intérêt que j’ai lu votre discours prononcé le 26 Septembre 2001 et intitulé »Technologie, affaire et notre mode de vie : Ce qui suit ».
    J’ai été particulièrement intéressé par l’histoire que vous avez racontée à la fin de votre discours sur la civilisation arabe/musulmane. En tant qu’Assyrien, un habitant non-arabe, chrétien, natif du Moyen-Orient, dont les ancêtres remontent à 5000 Av JC, je voudrais clarifier certains points que vous avez évoqués dans cette petite histoire, et vous avertir du danger d’être emporté sans le vouloir dans l’idéologie arabo-islamique, qui cherche à assimiler toutes les cultures et les religions dans la nasse arabo-islamique.

    [...]

    Vous déclarez, »ses architectes ont conçu des bâtiments qui défiaient la gravité ». Je ne suis par sûr de voir à quoi vous faites allusion, mais si il s’agit des dômes et des arches, la révolution architecturale d’utiliser une forme parabolique au lieu d’une forme sphérique pour ces constructions a été faite par les Assyriens plus de 1300 ans avant, comme en attestent les traces archéologiques.

    Vous dites »ces mathématiciens ont créé l’algèbre et les algorithmes qui allaient permettre la fabrication des ordinateurs, et la création du cryptage. »
    Les bases fondamentales des mathématiques modernes ont été posées non pas des siècles, mais des millénaires avant, par les Assyriens et les Babyloniens, qui connaissaient déjà le concept de zéro, le théorème de Pythagore, et beaucoup, beaucoup d’autres développements que les arabo-musulmans se sont appropriés.
    (voir History of Babylonian Mathematics, Neugebauer).

    Vous dites, »ces docteurs examinèrent le corps humain, et trouvèrent de
    nouveaux remèdes à des maladies ». L’immense majorité de ces docteurs (99%) étaient assyriens. Au quatrième, cinquième et sixième siècles les Assyriens ont commencé à traduire systématiquement la connaissance grecque en assyrien.

    Au début ils se concentrèrent sur le travail religieux mais passèrent rapidement à la science, la philosophie et la médecine.
    Socrate, Platon, Aristote, Galien et beaucoup d’autres furent traduits en assyrien, puis de l’assyrien en arabe. Ce sont ces traductions arabes que les Maures emportèrent en Espagne, et que les Espagnols ont traduits en Latin et répandus à travers l’Europe, provoquant la renaissance Européenne.

    Au sixième siècle, les Assyriens avaient commencé à exporter à Byzance leur propres travaux sur les sciences, la philosophie et la médecine.
    Dans le domaine de la médecine, la famille assyrienne Bakhteesho a produit neuf générations de médecins, et fondé la grande école médicale de Gundeshapur (Iran). Aussi en médecine, le manuel d’ophtalmologie écrit par (l’Assyrien) Hunay Ibn-Ishaq vers 950, resta la source d’autorité sur le sujet jusque 1800

    Dans le domaine de la philosophie, le philosophe assyrien Jod d’Edesse a développé une théorie physique de l’Univers, en langue assyrienne, qui a rivalisé avec la théorie d’Aristote, et qui cherchait à remplacer la matière par les forces (une théorie qui anticipait quelques idées de mécanique quantique, comme la création et la destruction spontanées de matière qui a lieu dans un vide quantique).

    Une des plus grandes réalisations assyriennes du quatrième siècle fut la création de la première université du monde, l’École de Nisibis, qui avait trois départements, théologie, philosophie et médecine, et qui devint un aimant et un centre de développement au Moyen-Orient. Les statuts d’École de Nisibis, qui ont été préservés, devinrent plus tard le modèle sur lequel la première université italienne fut crée (voir The Statutes of the school of Nisibis, Arthur Voobus).
    Quand les Arabes et les Musulmans se répandirent à travers le Moyen Orient en 630, ils rencontrèrent 600 ans de civilisation assyrienne chrétienne, avec un riche héritage, une culture très évoluée, et des institutions d’enseignement avancées.
    C’est cette civilisation qui devint la fondation de la civilisation arabe.

    Vous dites, »ses astronomes ont regardé dans les cieux, nommé les étoiles, et préparé la route pour le voyage spatial et l’exploration ». C’est un peu mélodramatique. En fait, les astronomes auxquels vous vous référez n’étaient pas arabes mais Chaldéens et Babyloniens (au sud de l’Iraq actuel) qui depuis des millénaires étaient connus comme astronomes et astrologues et qui furent arabisés et islamisés par la force – si rapidement qu’en 750 ils avaient complètement disparus.

    Vous dites, »ses écrivains créèrent des milliers d’histoires. Des histoires de courage, de romance et de magie. Ses poètes écrivirent sur l’amour, alors que d’autres avant eux avaient trop peur de penser à de telles choses ». Il y a très peu de littérature en langue arabe venant de la période à laquelle vous vous référez (le Coran est la seule œuvre significative), tandis que la production littéraire des Assyriens et des Juifs était vaste. Le troisième plus grand corpus d’écrits chrétiens, après le Latin et le Grec, est dû aux assyriens et dans la langue assyrienne (dite aussi Syriaque)

    Vous dites, « Quand d’autres nations avaient peur des idées, cette civilisation s’en accommodait, et les gardait en vie. Quand les censeurs menacèrent de rayer les connaissances des civilisations passées, cette civilisation garda le savoir en vie, et le passa aux autres ». C’est un point très important que vous avez soulevé, et cela va au cœur de la matière de ce que la civilisation arabo- islamique représente. J’ai écrit une critique d’un livre intitulé How Greek Science Passed to the Arabs, où l’auteur fait la liste des traducteurs et des interprétés de la science grecque. Sur les 22 intellectuels listés, 20 étaient Assyriens, 1 Persan, et un Arabe.
    Je déclare à la fin de mon commentaire : « La conclusion la plus saillante qui peut être tirée du livre d’ O’Leary est que les Assyriens jouèrent un rôle significatif dans la formation du monde islamique via le corpus grec de connaissances.
    Si c’est le cas, on doit se demander ce qui est arrivé aux communautés chrétiennes pour qu’elles perdent cette grande entreprise intellectuelle qu’elles avaient établie. On peut se poser la même question sur les Arabes. Malheureusement, le livre d’ O’Leary ne répond pas à la question, et nous devons chercher la réponse ailleurs. » Je n’ai pas répondu à la question que j’ai posée dans la critique parce que ce n’était pas l’endroit pour le faire,
    mais la réponse est claire, la communauté chrétienne syriaque a vu sa population fondre par le biais de la conversion forcée à l’Islam (pas la Jyzzia), et une fois que la communauté est tombée sous un seuil critique, elle a cessé de produire les intellectuels qui étaient la force entraînant la civilisation islamique, et c’est alors que le prétendu « âge d’or de l’islam » a pris fin (vers 850 AD).

    La religion musulmane elle-même a été significativement modelée par les Assyriens et les Juifs [comme quoi on peut faire des bêtises même en étant une civilisation millénaire] (voir Nestorian Influence on Islam and Hagarism: the Making of the Islamic World).

    La civilisation Arabo-islamique n’est pas une force progressive, c’est une force régressive ; elle ne donne pas d’impulsion, elle freine. La grande civilisation que vous décrivez n’était pas une réalisation arabo-musulmane, elle était une réalisation assyrienne dont les Arabes se sont emparé et qu’ils ont ensuite perdue quand ils ont détruit, par le biais de la conversion forcée à l’Islam, la source de la vitalité intellectuelle qui les avaient fait avance.
    Quelle autre civilisation arabe/musulmane s’est élevée depuis ? Quels autres succès Arabes/musulmans pouvez-vous citer ?

    Vous dites « Et nous avons peut-être une leçon à apprendre de son Exemple (Soliman) : c’était un leadership basé sur le mérite, et non l’héritage. C’était un leadership qui embrassait toutes les capacités d’une population très diverse qui incluait les traditions juives, islamiques et chrétiennes« .
    En fait, les Ottomans furent extrêmement oppressifs à l’égard des non-musulmans. Par exemple, de jeunes garçons chrétiens étaient retirés de force à leur famille, en général vers 8-10 ans, et enrôlés dans les Janissaires (Yeniceri en Turc) où on les islamisait, puis les faisait combattre pour l’état ottoman. Quelles réalisations littéraires, scientifiques ou artistiques des Ottomans peut-on relever?
    Nous pouvons, d’autre part, relever le génocide de 750 000 Syriaques, 1.5 millions d’Arméniens et 400 000 Grecs durant la première guerre mondiale par les « jeunes Turcs » kémalistes.
    C’est le vrai visage de l’Islam.

    Les Arabo-musulmans sont engagés dans une campagne explicite de destruction et d’expropriation des cultures et des communautés, des identités et des idées.

    Partout où la civilisation arabo-musulmane a rencontré une civilisation non- musulmane, elle a tenté de la détruire (comme les statues bouddhistes en Afghanistan furent détruites, et Persépolis fut détruite par l’Ayatollah Khomeyni). C’est un procédé qui s’est répété depuis la naissance de l’islam, il y a 1400 ans, et qui est largement illustré par l’Histoire. Si la culture « étrangère » ne peut être détruite, alors elle est vampirisée, et les historiens révisionnistes disent que cette culture est et était arabe , comme c’est le cas de la plupart des « réalisations » arabes que vous avez citées dans votre discours.
    Par exemple, les livres d’histoire arabes du Moyen-Orient enseignent que les Assyriens étaient arabes, un fait qu’aucun chercheur sérieux ne soutiendrait, et qu’aucun Assyrien en vie n’accepterait. Les Assyriens établirent Ninive, l’une des grandes villes assyriennes, en 5000 BC, soit 5630 ans avant que les Arabes ne viennent dans la région. Même le mot « arabe » est un mot assyrien, signifiant « gens de l’Ouest « (la première référence écrite aux Arabes est due au roi assyrien Sennachérib, 800 BC, où il parle de conquérir les »ma’rabayeh » – Occidentaux. Voir The Might That Was Assyria, by H. W. F. Saggs).

    Même en Amérique cette politique d’arabisation continue. Le 27 octobre une coalition de sept de organisations ont envoyé une lettre officielle à l’institut arabo-américain pour lui demander d’arrêter d’identifier les Assyriens et les Maronites comme des Arabes, ce qu’il avait fait délibérément.

    Il y a des minorités et des nations luttant pour leur survie dans l’océan arabo- islamique du Moyen-Orient et de l’Afrique (Assyriens, Arméniens, Coptes, Juifs, Sud-Soudanais, Éthiopiens, Nigérians…), et nous devons être très prudents pour ne pas soutenir involontairement et imprudemment le fascisme islamique et l’impérialisme arabe, avec leur tentatives de rayer toutes les autres cultures, religions et civilisations. Il incombe à chacun de nous de faire nos devoirs et de nous documenter avant de faire des déclarations sur ces sujets sensibles.
    J’espère que vous avez trouvé ces informations intéressantes. Pour plus d’informations, référez-vous aux liens ci-dessous. Vous pouvez me contacter [en anglais] à keepa@ninevehsoft.com pour les questions éventuelles.

     

    Merci de votre attention.
    Peter BetBasoo




    Je terminerai l'article en touchant aux sacro-saints chiffres "arabes": ils ne sont pas arabes mais indiens!
    Brahmagupta était un mathématicien indien, le 1er à utiliser une numérotation à 10 chiffres. Les commerçants arabes ont transmit ce système ingénieux aux italiens avec qui ils faisaient commerce.

    chiffres.gif
    Sources:
    http://resistancerepublicaine.eu/2013/les-arabo-musulmans-nont-rien-invente-la-preuve-par-neuf-par-claude-laurent/
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/2246-les-chiffres-arabes-sont-indiens.html
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Brahmagupta
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffres_arabes

     

    Catégories : Science Pin it!