Raven & Phoenix Boréal

Raven & Phoenix Boréal

Toutes les notes par cet auteur

Raven & Phoenix Boréal a écrit 19 notes

  • Mark Zuckerberg : "En tant que juif, mes parents m'ont appris à défendre les musulmans"

    Le mercredi 9 décembre 2015, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, manifestait son soutien à la communauté musulmane contre « sa crainte de subir des persécutions à cause des actions d'autres personnes », en référence aux terroristes qui ont attenté à la vie de personnes à Paris et à « la haine cette semaine », probablement en référence aux propos islamophobes du républicain Donald Trump qui s'est illustré dans les sondages en promouvant l'interdiction d'entrée aux États-Unis pour les membres de la secte mahométane.

     
    Zuckerberg témoignait que « en tant que juif, mes parents m'ont appris que nous devions nous insurger contre les attaques envers toute communauté. »
     
    À moi donc, ex-musulman du nom de plume « Phoenix Boréal », de témoigner :
     
    En tant que musulman, mes parents m'ont appris à m'insurger contre toute injustice qui nuit à mon islamité, à ma religion ou à mes coreligionnaires seulement.
     
    En tant que musulman, mes parents m'ont cependant appris à renvoyer une image positive de ma religion aux non-musulmans, ne sait-on jamais, ils pourraient contracter l'islam et le propager.
     
    En tant que musulman, mes parents m'ont appris à mépriser voire abhorrer les religions, traditions, us et coutumes des non-musulmans.
     
    En tant que musulman, mes parents m'ont appris à porter un regard manichéen sur le genre humain, les musulmans et les « nasara » ou « gwer » (termes méprisants et englobants qui désignent l'ensemble hétéroclite occidental).
     
    En tant que musulman, mes parents m'ont appris à regretter que Hitler ne soit pas parvenu à exterminer l'ensemble des juifs « qui aujourd'hui sont les bourreaux des Palestiniens musulmans. »
     
    À moins qu'ils n'aient pas reçu une éducation islamique, ils sont, à mon sens, ultra-minoritaires les mahométans qui pourraient réciter mes révélations sans partager la véracité de la moindre d'entre elles.
     
    Il s'agit-là du type de mentalité que l'ancien étudiant de Harvard ne réalise pas défendre. Ne soyons donc pas sensibles aux larmes du crocodile islamique, l'occasion serait trop bonne pour lui, comme s'il fallait encore le démontrer, d'ouvrir grand la gueule pour nous traîner au milieu de l'eau qui dort et ainsi nous dévorer tout crus. Une boulimie historique qui rêve de phagocyter l'Occident pour fantasmer un islam qui dominerait le monde, première ambition avouée ou non du microcosme islamique.
     
     
    Phoenix Boréal
  • Quand on rend au Christ ce qui est à Mohamed, dit is normaal...

    Deux jeunes Hollandais de la chaîne YouTube « Dit Is Normaal » ont mené et filmé une expérience sociale aux Pays-Bas qui entend récriminer les voix qui se lèvent contre l'islam et qui ne reconnaissent pas la place de cette religion dans la culture occidentale, notamment suite aux attentats de Paris et l'assimilation de l'État islamique à l'islam.

    L'idée de cette expérience résulte de leur interrogation au sujet du christianisme, racine culturelle de l'Occident.
     
    Ils se sont donc procuré une Bible qu'ils ont déguisée en Coran et dont ils ont surligné certains passages « choquants et en contradiction avec les normes et valeurs occidentales »  pour les lire devant certains de leurs concitoyens dans la rue et récolter leurs impressions et commentaires...
     
     
    Avant même de lire la vidéo se profile déjà la suspicion en tout initié en théologie monothéique que la violence des textes du christianisme serait, à tout hasard, strictement vétérotestamentaire (Ancien Testament) et concerne donc pragmatiquement et strictement le peuple juif d'antan. Il serait en effet plus difficile de déceler une telle violence dans le message christique (l'essence même du christianisme) qui demande de tendre l'autre joue, de pardonner ses ennemis et les aimer; en bref, qui refuse d'appliquer la loi maudite à la manière du pharisaïsme.

    Quant à l'islam, on fait mine d'oublier que les versets coraniques les plus violents s'inscrivent massivement en contexte médinois, lequel abroge en grande partie la non-violence ou non-action mecquoise par le simple fait de la chronologie de la révélation et de la centralisation de tous les pouvoirs dans les mains du prophète de l'islam, simple avertisseur jusqu'à l'hégire.
     
    La Bible ne serait semblable au Coran du stricte point de vue du choc avec les valeurs humanistes occidentales uniquement par le procédé d'abrogation chronologique où l'Ancien Testament serait en fait le Nouveau Testament et vice versa.

    En somme, l'expérience sociale ne peut que s'inscrire dans une vaine tentative ignare de dédouaner l'islam de ses enseignements belliqueux valables en tout temps et en tout lieu et des seules personnes fâcheusement assez honnêtes pour les assumer, à l'exemple des membres de Daesh.
     
    L'islamisation de nos contrées européennes et occidentales ne s'en portera que très bien tant que les collabos (non-musulmans) se chargeront consciemment ou inconsciemment de faire le lit dans lequel dormiront, se réveilleront devrais-je dire, à l'unisson les islamistes et une part importante des musulmans, dits modérés, qui se réclament tacitement de l'islam mecquois.
     
     
    Phoenix Boréal
     
    =================================================

    Source

     

    Vidéoclip

     

    Dit Is Normaal. The Holy Quran Experiment. [Vidéoclip en ligne]

    <The Holy Quran Experiment - YouTube> (Consulté le 08/12/2015)

  • Attentats de Paris, moutonnera bien qui moutonnera le dernier !

    Mouton, France, Attentats, Paris, Bleu Blanc Rouge

    Conformément à l'une de mes constatations personnelles s'intéressant aux mécanismes psychologiques qui conduisent à son recours, l'humour représente parfois l'enveloppe douceâtre qui dissimule le cœur acrimonieux d'une critique vitupérante.

    Ce mécanisme a sans aucun doute conduit à la création de cette illustration caricaturant, toute utilisation du filtre tricolore bleu, blanc, rouge de la photo de profil proposé par Facebook pour afficher son soutien aux victimes des attentats de Paris, comme un réflexe moutonnier.
     
    De l'observation des membres du réseau social (essentiellement musulmans ou islamophiles) qui s'abstiennent pour x raisons d'appliquer le filtre tricolore mais qui, par la même, ne peuvent se garder de moquer de manière totalement déplacée ceux qui l'utilisent, il appert que les 2 principales raisons de la caricature s'articulent autour de l'indignation sélective et la soumission à la France et son gouvernement, au système (comploteur faut-il entendre) par extension.
     
    Voilà qu'un simple geste virtuel exprimant votre compassion pour les malheureux ayant fait les frais du tragique événement qui s'est déroulé à votre porte (ou l'aurait pu) serait révélateur d'un esprit à la compassion à géométrie variable délimitée par les frontières de l'Hexagone et à l'attachement irrésistible au gouvernement Hollande et aux différents gouvernements français qui se sont naguère succédé et donc à toute atrocité qui ait pu être commise sous la bannière du drapeau national de la France.
     
    Qu'il aurait mieux valu ne faire montre d'aucune compassion pour être tenu pour un véritable être compatissant !
     
    À en croire la réaction sardonique de ces personnes, afficher sa sympathie pour les victimes de cet attentat en particulier serait assimilable à l'indifférence, l'apathie voire l'insensibilité à l'égard des victimes d'autres attentats, massacres et faits sanguinaires du même acabit un peu partout dans le monde (musulman...).
     
    Un peu partout dans le monde musulman car c'est l'attentat de Beyrouth (quasi simultané à celui qui nous préoccupe), les victimes exclusivement gazaouies ou palestiniennes du conflit israélo-palestinien, les victimes innocentes des bombardements incessants en Syrie dont le spectre est agité.
     
    Ce rappel opportun ne fait guère montre d'humanisme équitable de la part des mahométans improvisés en dépositaires d'un bon néo-samaritanisme. En effet, et c'est l'apostat de l'islam qui témoigne, ils ne dérogent pas au principe directeur de l'inconscient collectif musulman qui entend concurrencer les positions victimaires par solidarité ethnico-religieuse, arabo-musulmane, par arabité islamique; cela explique le silence radio dont ils se sont rendu coupables à l'égard de l'hécatombe qui s'est produite à l'encontre des chrétiens par la même organisation terroriste qui s'est attaquée au pays des droits de l'homme ce vendredi 13. 
    Nous pouvions attendre à bon droit une réaction de la part d'une communauté musulmane à la hauteur de ses prétentions humanistes pour la double raison que le massacre des chrétiens moyen-orientaux par l'internationale terroriste est une barbarie sanguinaire faisant d'innombrables victimes, au nom de leur sacro-sainte triade commune : Allah, Mohamed et le Coran.
     
    À ceux-là s'ajoutent les non-musulmans, islamophiles constants ou de circonstance, souvent conspirationnistes qui, dans un réflexe civilisationnellement auto-flagellant, se perdent dans une compassion extra-religieuse, intercommunautaire et se joignent aux musulmans droit-de-l'hommistes, assis entre deux chaises, et assoient leur "bonne" interprétation des textes fondateurs de l'islam sur les déclarations melliflues de musulmans présentés comme modérés.
     
    Une modération qui ne revient pas à un véritable musulman, censé croire à l'intégralité du Coran et donc également voire surtout (du fait du principe de l'abrogation) aux passages coraniques inconfortablement violents (cf. Versets pro-guerre) qui ont teinté le sabre rouge du mahométisme médinois. 
     
    Une modération aussi circonstancielle, en effet, je fus du nombre des mahométans majoritaires que l'on qualifierait volontiers de modérés, pacifistes; le jour des attentats du 11 septembre 2001, la fierté islamique générait ce néanmoins en moi une joie de voir la puissante Amérique à genoux. Cette joie, je l'affichais très impunément et sans crainte de remontrance auprès de mon entourage familial, islamique et scolaire.
     
    La multiplication des attentats islamistes sur la scène occidentale conjuguée à l'image rebutante de la foi musulmane qu'elle inspire aux musulmans potentiels que sont les Occidentaux a conduit beaucoup des croyants de l'islam à revoir leur position en coulisse, d'autant plus que ces croyants ont réalisé qu'ils pouvaient être les victimes collatérales d'attaques djihadistes. Cela explique aujourd'hui la propension de la communauté musulmane à redorer le blason de sa religion à doses de #NotInMyName et autres condamnations ostensiblement fermes. Ce n'est pas tant la compassion officielle pour les victimes et les famille des victimes que la réputation de l'islam qui peut être la raison officieuse du revirement ou l'intensification de la commisération de ces personnes.
     
    Cette comédie prend nos islamophiles non-musulmans pour les dindons de la farce, plutôt les moutons de l'Aïd, et qu'ils prennent garde que le déni de réalité dont ils se sont affublé tel un voile intégral ne les précipite pas vers le sacrifice sur l'autel de la dhimmitude. Moutonnera bien qui moutonnera le dernier !
     
     
    Phoenix Boréal