Race, racisme et islam

islamophobie,racisme,race,racialisme,anti,islam

"La race n'importe qu'aux libéraux et aux racistes"
-Greg Gutfeld (animateur TV américain)

"L'islam est une idéologie. Ça n'est pas une race"
-Ibrahim Hooper (porte-parole du CAIR)

"Quiconque ressemble à un peuple est l'un d'entre eux"
-Mahomet

"Nous avons déjà vu ça avant. Il y'a une race maître. Maintenant, c'est une croyance maîtresse"
-Benjamin Netanyahu (1er ministre israélien)

"Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes [...]"
-Coran 3:110


Ceci est un article en deux parties. La première partie débattra de la légitimité du racialisme. La deuxième partie montrera que, contrairement à ce qui est souvent dit, les musulmans ne forment pas une race à part. S'ils le faisaient, alors l'islam serait la plus dangereuse des idéologies suprémacistes basées sur la race.

1. Race et Racisme

La race est la classification arbitraire d'individus selon leurs traits physiques qui sous-entendent un pattern génétique. Le nombre de races et les caractéristiques qui sont utilisées pour déterminer une identité raciale sont complètement subjectifs, puisqu'il n'y a pas de "gène racial" ou une série de gènes qui définissent une race en termes absolus. La race est donc une
structure sociale et non pas une science physique, bien que basée sur la génétique. Cela n'a pas plus de sens de dire qu'une personne est d'une certaine race que cela en a de dire qu'elle est née dans l'Indiana plutôt que dans l'Illinois.

Catégoriser les gens par race est aussi idiot que non pertinent.
Considérons l'exemple d'une fille née d'un européen blanc et d'une femme native africaine. En fonction des différentes races impliquées, de quelle race devrait être considérée leur fille? Et plus important encore, comment cela serait-il pertinent? Est-ce qu'être noir ou blanc ou quelque chose entre les deux ferait toute la différence chez une personne?

La race sert aussi de fondement au racisme, qui essaie
de faire valoir une distinction entre les catégories raciales, aussi arbitraires qu'elles puissent être. Le racisme est la "science" qui tire des conclusions à partir d'études comparatives, qui sont dès lors supposées valables pour tous les membres d'un groupe particulier qui partage un profil génétique sur lequel ils n'ont aucun contrôle.

Le racisme est profondément imparfait, puisqu'il est fondamentalement irrationnel.
Les êtres humains ne sont pas des groupes, ils sont des individus.

Il n'y a aucun fait scientifique ou culturel qui puisse être déterminé à propos d'un individu sur base de sa race. On ne peut pas savoir quel genre de musique une autre personne écoute, comment elle vote, à quelle hauteur elle peut sauter ou n'importe quoi de significatif à leur propos en connaissant leur race.
[je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce dernier paragraphe, la catégorisation en "races" permet de faire des statistiques génétiques assez poussées. Ainsi, on peut dire d'un individu qu'il/elle est plus statistiquement enclin à exprimer telle protéine plutôt qu'une variante qu'on trouve plus majoritairement dans un autre groupe "racial". Mais ce n'est probablement pas ce à quoi pensent les personnes racistes et ceux jouant la carte du racisme]

En fait, tous les stéréotypes raciaux se dissolvent au niveau individuel. Peu importe à quelle vitesse on peut courir, à quelle vitesse on pense, ou notre morale, il y aura toujours un membre de chaque groupe racial qui excellera dans chacun de ces domaines, ou n'importe quel autre. Il n'y a tout simplement pas de stéréotype racial qui ait du sens. Les gens sont généralement ceux qu'ils choisissent d'être.

Ceci est tout à fait logique pour les personnes intelligentes. L'identité raciale est arbitraire et ne peut pas être déterministe. Sans déterminisme, il ne peut y avoir de science. Ainsi, ni le racisme ni l'étude des races n’a quoi que ce soit de factuel à offrir.
[même remarque ici
]

En plus d'être une fausse science, le racisme est moralement mal parce qu'il est le fondement de la discrimination raciale, où les différentes règles et standards sont appliqués aux individus, et ce, en se basant sur leur identité présumée. Dans le passé, des gens ont beaucoup (et injustement bien sûr) souffert à cause de ceci.

Ainsi, le système artificiel de race ne sert aucun objectif positif. Prêter de la légitimité à la théorie de la distinction raciale mène, presque inévitablement, au racisme et à la justification de la discrimination raciale. Ceci, avec l'absurdité inhérente de classer les gens par race, devrait être suffisant pour rejeter l'identification raciale.
[de nouveau, je ne suis pas entièrement d'accord: l'identification raciale apporte des informations importantes en génétique, car les gènes sont liés entre eux et les allèles arbitrairement choisis pour définir une race
sont liés à d'autres qui feront qu'une personne exprimera statistiquement tel autre allèle, ce qui est pertinent dans l'étude des prédispositions génétiques à une maladie par exemple]

2.
Islam et "racisme"

Ceux qui critiquent ouvertement l'islam sont parfois [très souvent] traités de racistes, sans prendre en compte leur opinion sur ce que pourrait être une race.

En fait, l'islam n'est pas une race. L'islam n'a rien à voir avec la génétique ni avec des caractéristiques innées. C'est une idéologie, un ensemble de croyances à propos du comportement individuel et des règles de la société. Les gens choisissent leurs croyances, ils ne choisissent pas leur race.

Ainsi, les musulmans ne sont pas une race distincte. En fait, il y a des musulmans de toutes les races. Est-ce qu'une personne change de race en adoptant ou en quittant l'islam?

Critiquer l'islam n'est pas du racisme. Il n'y a pas de "racisme anti-musulman", comme il n'y a pas de "racisme anti-chrétien/méthodiste/capitaliste/..."

Donc pourquoi prétendrait-on l'inverse?

Parce que le débat sur l'islam n'a lieu qu'à l'
Ouest, la seule zone géographique où cette religion peut encore être débattue. C'est aussi là que cette répugnance envers le racisme est aussi forte et universelle. De la politique à l'emprunt à haut risque et l'immigration illégale, la carte de la peur d'une race est une des plus fortes influences sur l'opinion publique.

Au même moment, il est presque [totalement] impossible de défendre l'islam sur ses propres mérites, c'est pourquoi les sociétés musulmanes s'appuient généralement sur la menace pour réprimer la critique intellectuelle de l'islam et la liberté des autres religions à coexister.

Selon ses propres textes, l'islam a été fondé dans la terreur et ses codes politiques et sociaux sont profondément incompatibles avec les valeurs libérales de l'Ouest.

Les partisans de l'islam se cramponnent à la carte de la race. S'ils peuvent transformer n'importe quelle critique de leur religion en "racisme", alors les preuves massives contre l'islam peuvent être discréditées sans avoir à argumenter contre elles.

Avoir à jeter la pire insulte pour compenser le manque de faits et de logique est déjà assez faible, mais c'est ironique, étant donné que ce qui est
défendu en l'occurrence est une idéologie largement suprémaciste par nature. En fait, ces musulmans qui jouent la carte de la race ne poussent pas très loin leur réflexion.

À première vue, il pourrait sembler que si l'islam est réellement une race, ou les musulmans, une race de gens, alors toute critique de ce qui les unit, dans ce cas-ci, l'islam, pourrait relever du racisme, et ainsi protéger la religion d'une analyse plus approfondie. Mais tout n'est pas ce qu'il semble être.

Si les musulmans forment une race à cause de l'islam, cela veut dire que l'islam est une idéologie raciale. Par conséquent, tout ce que cette idéologie a à dire à propos de sa race et des autres devient très important.

En fait, le coran pose énormément de distinctions qualitatives entre les musulmans et les non-musulmans qui sont difficiles à rater. Les croyants sont aimés par Dieu, alors que les infidèles sont haïs et donc torturés pour l'éternité (3:32, 4:56) juste pour ne pas avoir cru. Les musulmans ont l'interdiction de se faire des amis parmi les non-croyants (3:28)
et doivent les éviter (3:118). Les non-musulmans sont appelés "les alliés du mal" (25:55), "mauvais" (4:160), "enclins à mentir" (5:42) et sont comparés aux pires animaux (8:55, 7:176, 7:179). Les musulmans doivent être miséricordieux entre eux, mais impitoyables envers les non-musulmans (48:29). La violence envers ceux qui s'obstinent contre les règles islamiques est autorisée (8:12-13, 9:5).

Si l'islam est une race, alors le christianisme et le judaïsme sont aussi des races, ce qui veut dire que si le coran parle des chrétiens et des juifs comme étant inférieurs, alors c'est un livre raciste. En vérité, le coran fait bien plus que ça. Dans un magnifique élan de bigoterie, les musulmans ont l'ordre de combattre les juifs et les chrétiens "jusqu'à ce qu'ils paient la Jizyah de leurs propres mains après s'être humiliés" (
9:29). Dans le texte, il n'y a pas de fondement pour amener les juifs et les chrétiens sous le talon de la loi islamique, si ce n'est en vertu de leur statut religieux.

Aucune autre religion que l'islam ne filtre les êtres humains en fonction de leur groupe identitaire de cette manière. Dans le monde, chrétiens, juifs et autres individus sont régulièrement brutalisés parce qu'ils font partie d'un groupe non-musulman et non pas parce qu'ils ont personnellement fait quelque chose pour mériter d'être tués, que leurs enfants soient mutilés ou leurs propriétés incendiées. Pendant ce temps, les autres musulmans sont généralement indifférents à cette violence et réservent leur indignation pour des faits impliquant des musulmans victimes d'actes perpétrés par des non-musulmans, bien qu'involontaires ou relativement bénins.

Donc, si les musulmans forment une race, l'islam ne serait pas qu'une idéologie raciste, mais serait possiblement l'idéologie la plus haineuse et destructrice de l'Histoire.

Il est déjà assez grave que des centaines de millions de gens aient été tués par le jihad et l'esclavagisme ces 14 derniers siècles, mais évincer rétroactivement la motivation de suprématie religieuse par celle de la supériorité raciale est un pas dans la direction d'une religion cherchant l'acceptation d'un public de plus en plus sceptique.

3. Conclusion

La race est un label arbitraire qui n'a aucune légitimité. Par conséquent, tout ce qui est basé sur la race, y compris le racisme et la discrimination raciale est malsain au mieux, immoral et inhumain au pire.

Les êtres humains sont des individus et ne devraient être jugés que comme tels

L'islam n'est pas une race, les musulmans ne sont pas une race. L'islam est une idéologie qui devrait être ouverte à la critique. Les musulmans, par contre, sont des individus qui devraient être protégés contre toute atteinte ou harcèlement de la même manière et pour les mêmes raisons que quiconque.








Sources:
article en anglais traduit par moi même (http://www.thereligionofpeace.com/pages/site/racism.aspx)
http://islamfrance.free.fr/coran.html

Pin it!

Les commentaires sont fermés.